Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Novembre 2014




Actualité publiée le : 06/01/2015

N°416 Bords de champs : un habitat pour les Carabidés Page 34 {Auteurs:} Véronique Tosser - ARVALIS - Institut du végétal Jean-David Chapelin-Viscardi - Laboratoire d’Eco-Entomologie {Résumé:} Prédateurs de limaces et d’insectes divers, les Carabidés sont utiles aux milieux agricoles. Une étude met en évidence le rôle bénéfique des haies, bordures et autres aménagements extra-parcellaires. Fusariose : mieux comprendre Microdochium Page 70 {Auteurs:} Romain Valade - ARVALIS - Institut du végétal {Résumé:} Microdochium spp. peut représenter plus de la moitié de la flore des épis de céréales à paille. La meilleure compréhension de cet agent pathogène émergent est indispensable pour que la sélection puisse, à terme, créer des variétés résistantes en s’appuyant sur des moyens de phénotypages adaptés. Maladie des céréales à paille : un épisode exceptionnel de rouille jaune Page 18 {Auteurs:} Jean-Yves Maufras - Rozenn Nevot - ARVALIS - Institut du végétal {Résumé:} Les conditions climatiques à la sortie de l’hiver, inhabituellement douces et pluvieuses, classent 2014 parmi les années les plus chaudes et humides. L’impact des maladies sur les cultures s’en est fait directement ressentir. Question d’actu : comment envisager l’allongement des rotations ? Page 8 {Auteurs:} Benoît Moureaux {Résumé:} Les atouts agronomiques de l’allongement des rotations sont souvent mis en avant mais se heurtent à des difficultés pratiques de mise en œuvre. Irène Félix, Ingénieure chez ARVALIS - Institut du végétal en charge du suivi des essais rotations, revient sur les étapes à respecter. Ravageurs maïs : la recherche innove au cœur de la Corn-Belt Page 76 {Auteurs:} Jean-Baptiste Thibord - ARVALIS - Institut du végétal {Résumé:} En avril 2014, Chicago accueillait le 25e congrès des spécialistes internationaux de la recherche sur les ravageurs du maïs, très concernés par la chrysomèle. Les travaux les plus prometteurs ouvrent des perspectives concrètes pour la lutte future dans les champs. ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- N°82 Etude de l’effet d’un éliciteur de la résistance des plantes sur de nombreux organismes utiles non cible. Une communication originale, présentée àla réunion du groupe de travail de l’OILB-SROP (Organisation internationale de lutte biologique et intégrée-Section régionale ouest paléarctique « Pesticides et organismes auxiliaires », qui s’est tenue à Gembloux (Belgique) les 25-27 février 2014, vient souligner la nécessité de rechercher également les éventuels effets non intentionnels sur les organismes auxiliaires (prédateurs, parasites, pollinisateurs…) de ce type de produit, très intéressant pour les programme de lutte intégrée. La toxicité de Fyto11, la formulation commerciale d’un éliciteur utilisé pour augmenter la résistance naturelle des Cucurbitacées (concombre, courgette et melon)et des Solanacées (tomate et poivron doux) contre l’oïdium sous les conditions des serres, a été évaluée sur de nombreux arthropodes auxiliaires. Il a été montré que le produit était inoffensif, à la dose commerciale recommandée, pour les arthropodes auxiliaires testés, excepté une légère toxicité sur Typhlodomuspyri. Les arthropodes auxiliaires utilisés dans les essais étaient : l’abeille Apis mellifera, l’acarien prédateur Typhlodromuspyri, l’hyménoptère parasite des pucerons Aphidius rhopalosiphi et le syrphe prédateur de puceron Episyrphusbalteatus. Le Fytol1, appliqué à la dose de 05% et 1,0% de dilution sur les plantes, ne montrait pas de mortalités corrigées significatives pour les larves de E. balteatus et les adultes de l’hyménoptère A. rhopalosiphi, avec une mortalité maximum de 5,4%. Aucun effet sur la capacité de reproduction de l’hyménoptère parasite n’était observé. L’exposition de protonymphes de T. pyri sur des lames de verre amenait des mortalités corrigées de 1,1% et 32,6% à la dose de 0,5% et 1,00% et une réduction de la fertilité des femelles de 9,0% et 25,4%, comparé aux performances du témoin non traité. Lorsqu’on évaluait l’effet d’une exposition des abeilles par contact et voie orale, Fytol11 n’entraînait pas d’effets significatifs, avec une DL50 estimée comme> 10µg a.i./abeille (oral) et 12,5µg a.i./abeille (contact), conduisant à un HQratio<50 et classant le produit comme sans risque ou à un bas niveau de risque pour les abeilles domestiques. Ces résultats montraient que le produit était inoffensif pour tous les auxiliaires à la dose commerciale proposée, excepté pour T. pyri à 1,00% sur lames de verre où il était classé comme légèrement nocif. Même si toute la diversité des espèces utiles n’avait pas été évaluée avec ce produit, des effets négatifs sur les organismes non cible n’étaient pas attendus sous les conditions des champs et Fyto11 peut être considéré comme compatible avec les programmes de lutte intégrée. Source : J.P. Jansen, R. Buenotesta et B. Schiffers. « Effects of à commercial formulation of à plant resistance elicitor on no-target organisms ». IOBC-WPRS Bulletin, Vol. 103, 2014, pp47-50 (d’après le résumé en anglais). Edited by Jean-Pierre Jansen. Accès libre aux membres de l’OILB-SROP ou Bulletin à commander à [http://www.iobc-wprs.org->http://www.iobc-wprs.org] Résultats des essais d’un stimulateur des défenses naturelles des plantes et d’un biostimulant de la nutrition minérale par la Société Goëmar. Lors d’une conférence de presse, qui s’est tenue le 9 octobre 2014 à Paris,la Société Goëmar, spécialisée dans les solutions alternatives aux intrants de synthèse pour stimuler, nourrir et protéger les cultures, a présenté les résultats de près de 50 essais dedeux nouveaux produits, conduits en 2014 dans le cadre de réseaux collaboratifs. Il s’agit de Vacciplant, produit de biocontrôle homologué comme stimulateur des défenses naturelles des céréales à paille et d’Appetizer, biostimulant de la nutrition minérale des céréales. Vacciplant, associé à une demi-dose de fongicide a réduit l’IFT (Indice de fréquence de traitement) de50% par rapport au témoin conventionnel, tout en préservant le résultat technico-économique. Appetizer sur céréales, en activant l’absorption des engrais,et avec 2 applications a augmentéle rendement, procurant un gain et une augmentation du revenu net de +18%, dans 85% des situations. >Produits de biocontrôle et biostimulant. L’IBMA (InternationalBiocontrol’ Manufacturer Association) et l’EBIC (European Biostimulant Industry Council), ont rappelé lors de cette conférence de presse, la distinction entre ces 2 types de produits. Nous la résumons ci-après : Les produits de biocontrôle sont soumis à la réglementation phytosanitaire et homologués dans ce cadre pour la lutte contre les bioagresseurs. A ce titre ils sont soumis au même processus, en ce qui concerne notamment les méthodes d’évaluation et les modalités d’emploi par les agriculteurs. Par contre les biostimulants, considérés comme « fertilisants », ne sauraient se réclamer d’une activité complémentaire légalement reconnue pour le biocontrôle. Une réglementation est à l’étude pour les biostimulants afin de pouvoir qualifier objectivement le bénéfice de ce type de solution, éventuellement pour la protection des plantes, mais les choses ne vont pas vite et les agriculteurs présentent une forte attente d’un cadre réglementaire. >Essais de Vacciplant. Vacciplant, produit de biocontrôle, homologué comme stimulateur des défenses naturelles des céréales à paille, a fait l’objet en 2014 de 46 essais, s’ajoutant aux 15 de 2013. La stratégie utilisée consistait à associer Vacciplantà une dose raisonnée de fongicide. Dans le cas où Vacciplant est associé lors du premier traitement à une demi-dose de fongicide, l’Indice de fréquence de traitement (IFT) est réduit de 50% par rapport à la stratégie conventionnelle du tout chimique. Le rendement moyen a été en 2014 de 97,3 q/ha pour Vacciplant et de 97,2 q/ha pour la stratégie conventionnelle. Au niveau économique les deux itinéraires sont comparable, la différence se fait donc au niveau de l’IFT qui traduit la diminution des traitements chimiques avec Vacciplant. >Appetizer est un biostimulant de la nutrition minérale des céréales à paille, qui active l’absorption des engrais, procurant un meilleur rendement. En 2014 49 essais ont été mis en place sur blé et sur orge. Les résultats ont montré un gain de rendement pouvant atteindre +5,8 q/ha en moyenne, lorsqu’Appetizer est piloté avec le plant de fertilisation avec 2 applications. Cela a généré un gain positif dans 85% des situations le gain net étant de 66€/ha avec un impact sur le revenu net de +18%. Dans le cas où une seule application est valorisée, le gain de rendement s’élève à 3q/ha pour 21€/ha et un retour sur investissement positif dans 60% des cas. Avec Appetizer, l’absorption d’éléments minéraux est en moyenne supérieure de 10%. Sources :Goëmar « Réseaux collaboratifs Distributeurs-Prescripteurs-Goëmar : bilan et perspectives » Communiqué de presse Goëmar, Saint-Malo 15 octobre 2014. [http://www.farre.org/file.admin/medias/pdf/Goemar.pdf->http://www.farre.org/file.admin/medias/pdf/Goemar.pdf] E.P.. « Goëmar présente les résultats d’un biostimulant et d’un stimulateur de défenses naturelles ».Newsletter Référence-Environnement, 20 octobre 2014. [http://www.reference-environnement.com/2014/10/20/goemar-presente-les-resultats-d%e2%80%99un-biostimulant-et-d%e2%80%99un-stimulateur-de-defenses-naturelles->http://www.reference-environnement.com/2014/10/20/goemar-presente-les-resultats-d%e2%80%99un-biostimulant-et-d%e2%80%99un-stimulateur-de-defenses-naturelles] Une enquête auprès des visiteurs du portail EcophytoPIC. Afin de mieux cerner les attentes des visiteurs du portail EcophytoPIC, l’équipe qui en est en charge lance une enquête rapide, sous forme d’un questionnaire. Ce dernier est accessible par internet sur un site web dédié : [http://enquete.ctifl.fr/sphxdid/EnqueteEcophytoPIC2014/questionnaire1.html->http://enquete.ctifl.fr/sphxdid/EnqueteEcophytoPIC2014/questionnaire1.html], ainsi que via l’accueil de la plateforme générale et des plateformes par filière. Protection intégrée des grains stockés La protection contre les attaques des bioagresseurs des cultures doit se poursuivre pour les récoltes stockées. Un objectif en ce qui concerne les grains stockés est d’essayer de se passer d’insecticides ou de limiter au maximum leur usage. Régis Couture, ingénieur au pôle stockage des grains d’Arvalis-Institut du végétal, interviewé par « Perspectives Agricoles », fait le point,dans la Newsletter d’Arvalis-info.fr du 24 octobre 2014 sur les possibilités de protection intégrée des grains stockés.Il s’agit d’agir par : voie physique par une maîtrise des températures des installations maintenues basses, l’utilisation en traitement curatif de la phosphine avec des précautions ou de la thermo-désinsectisation,une autre solution en cours de validation est l’utilisation d’une poudre inerte à base de silice la « terre de diatomée. Rappelons la perspective de lutte biologique contre les charançons, avec des lâchésde parasites Hyménoptères Ichneumonidae conditionnés en kits, mise au point en Allemagne et en voie de commercialisation (voir l’article dans la Lettre d’information du Club Adalia n° 80 de septembre 2014). >La voie physique : maîtrise des températures. -Pour repousser les insectes on peut abaisser par paliers jusqu’à 4°C la température des grains. En deçà de 12°C, les insectes ne se développent plus et en deçà de 5°C durant plusieurs semaines, les insectes sont détruits progressivement. Une température du stock inférieure à la température moyenne ambiante est bénéfique à la stabilité des grains et hostile aux insectes. Avec un équipement adapté de ventilation et grâce aux températures hivernales on peut y parvenir. Il faut donc déterminer les capacités de stockage et évaluer les besoins de ventilation de l’ensemble. Il est recommandé d’établir un plan de gestion annuel de stockage, en fonction de l’offre climatique (d’après les relevés de Météo France), en accordant une priorité aux récoltes les plus exigeantes. -A l’échelle de l’exploitation, la maîtrise de la ventilation des installations de stockages. Pour cela, un diagnostic des installations et de leur utilisation permettra de repérer les points forts et les défauts. Un outil (ODISILO) a été développé en ce sens par ARVALIS - Institut du végétal. S’équiper d’un système d’automatisation de démarrage ou d’arrêt de la ventilation en fonction de la température de l’air, comme le coffret Sec-LIS®, facilitera l’optimisation du refroidissement tout en restant maître des décisions. Un « autodiagnostic des installations de ventilation », également élaboré par ARVALIS - Institut du végétal avec le concours de FranceAgriMer, s’adresse plus particulièrement aux Organismes Stockeurs. À l’avenir, un autre outil de pilotage, concernant cette fois directement les exploitations, est envisagé pour le pilotage de la protection des récoltes. Tous ces dispositifs visent à éviter la systématisation des insecticides de stockage. >Les solutions alternatives aux insecticides en cours d’étude et de développement. -Comme traitement curatif on peut utiliser la fumigation avec la phosphine, qui est sans rémanence car sans résidus, l’effet est évidemment limité dans le temps. Ce traitement nécessite de prendre des précautions d’emploi particulières et de s’assurer de l’étanchéité du silo. La thermo-désinsectisation est une technique sans résidus en cours d’étude par Arvalis, afin de définir son niveau d’efficacité sans altérer la qualité de la récolte. -Une autre possibilité, en cours de validation, est l’emploi de « terre de diatomées, qui est une poudre naturelle à base de silice affectant le développement des insectes. -Des mesures générales sont à mettre en œuvre avec toutes les solutions. D’abord le suivi et l’enregistrement des paramètres de stockage : teneur en eau, température des grains, ainsi que des mesures de prévention ( (Ndlr : on peut rajouter la surveillance de la présence d’insectes et l’évaluation du niveau de contamination). La propreté des installations, leur entretien et leur nettoyage doivent intervenir à la réception, à l’expédition et entre deux remplissages des silos. Source : Régis Coudure. « Stockage des grains : est-il possible de se passer d’insecticide ? ». Newsletter Arvalis-info, 24 octobre 2014. [http://www.arvalis-infos.fr/stockage-des-grains-est-il-possible-de-se-passer-d-insecticide--@/17063/view.jspz?obj=arvarticle&id=17063&syndtype=null&hasRedirected=true->http://www.arvalis-infos.fr/stockage-des-grains-est-il-possible-de-se-passer-d-insecticide--@/17063/view.jspz?obj=arvarticle&id=17063&syndtype=null&hasRedirected=true] Pus de détails dans Perspectives Agricoles n°404, p. 37-52. Et liens avec des articles d’Arvalis-info sur les principaux aspects cités. ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- Fiche sur la protection intégrée des cultures (EISA-FARRE) L’association européenne EISA, à laquelle adhère FARRE (Forum des Agriculteurs Responsables Respectueux de l’Environnement) publie une fiche (in English) sur la protection intégrée des cultures (IPM, Integrated Pest Management). Avec des exemples en particulier en arboriculture. La définition de la protection intégrée des cultures y est … [Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2014/11/04/fiche-sur-la-protection-integree-des-cultures-eisa-farre/] Arboriculture et production de légumes engagées dans Ecophyto Alsace L’échoPhytoAlsace, lettre alsacienne d’Ecophyto, consacre son numéro d’octobre 2014 aux productions de fruits et légumes. Avec les témoignages de Pierre Barth, arboriculteur engagé dans « la protection fruitière intégrée » et de Jean-François Vierling, producteur de légumes qui développe des « techniques alternatives ». Ces filières montrent … [Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2014/11/05/arboriculture-et-production-de-legumes-engages-dans-ecophyto-alsace/] Arseniate de soude et Esca de la vigne : l’importance de l’évaluation bénéfices/risques Sous le titre « Les viticulteurs de Saône et Loire en colère », Alerte Environnement reprend et commente un article relatant une manifestation de viticulteurs désespérés par « l’immobilisme du gouvernement face aux dégâts causés par l’Esca, une maladie qui détruit 30 hectares de pied chaque année en Saône-et-Loire ». « Il y a 15 ans, on avait … [Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2014/11/05/arseniate-de-soude-et-esca-de-la-vigne-limportance-de-levaluation-beneficesrisques/] Conseils phytosanitaires pour la culture maraîchère biologique (FIBL Suisse) La version française de la fiche technique suisse « Conseils phytosanitaires pour la culture maraîchère biologique » vient de sortir. Elle fournit des recommandations détaillées pour 14 espèces ou groupes d’espèces. En 68 pages, elle traite les troubles physiologiques, les maladies et les ravageurs. Il est prévu de … [Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2014/11/06/conseils-phytosanitaires-pour-la-culture-maraichere-biologique-fibl-suisse/] Indispensable : Encyclopédie des ravageurs et auxiliaires en plein champ (AHDB) Cette encyclopédie (in English), éditée par AHDB (Bureau de développement de l’agriculture et de l’horticulture, UK), disponible en ligne en format pdf, est, à n’en pas douter, un ouvrage de référence.Très structurée, pédagogique et illustrée, elle est accessible même à … [Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2014/11/10/indispensable-encyclopedie-des-ravageurs-et-auxiliaires-en-plein-champ-ahdb/] « Insectes ravageurs en agriculture et méthodes innovantes pour leur maîtrise » (Académie d’agriculture) Les ravageurs, principalement insectes et acariens, occasionnent des dégâts considérables aux récoltes, au champ et au-delà (stockage, transport…). Les moyens de protéger les cultures sont en pleine évolution. L’Académie d’Agriculture de France a mis en ligne sa séance du 09 avril 2014 qui leur était … [Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2014/11/11/insectes-ravageurs-en-agriculture-et-methodes-innovantes-pour-leur-maitrise-academie-dagriculture/] « Quel marché pour le biocontrôle face aux pesticides ? » (Vidéo AFJA) L’Association Française des Journalistes Agricoles (AFJA) a mis en ligne la vidéo de la table ronde animée par Nicole Ouvrard, qu’elle avait organisée sur ce thème. La table ronde est plus intéressante que ce qu’annonce le titre : Elle a bien montré qu’il ne s’agit pas d’opposer le « biocontrôle » aux … [Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2014/11/14/quel-marche-pour-le-biocontrole-face-aux-pesticides-video-afja/] L’INRA et le biocontrôle Par la mise en ligne de ce dossier biocontrôle, l’INRA, après une introduction générale, donne quelques exemples de recherches en cours en matière de bio contrôle. Les pages de ce dossier … [Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2014/11/20/linra-et-le-biocontrole/] ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- N°678 Interview : Les bons vents du biocontrôle : l’avis de Jean-Pierre Princen, président d’IBMA France propos recueillis par M. Decoin Page 12 Alerte : Résistances aux herbicides : panics dans le riz {Auteur:} C. Délye, R. Causse et S. Michel Page 39 Surveillance : Flore du blé d’hiver : quarante ans d’évolution {Auteur:} M G. Fried, B. Chauvel, A. Rodriguez, J. Jullien et X. Reboud Page 42 ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- N° 306 Porte-greffe du cerisier - Furtos, un nouveau semi-nanisant bientôt disponible p. 35-40 {Auteur:} Gérard CHARLOT (Ctifl) - S. PINCZON DU SEL {Résumé :} Le Furtos est une variété acide, dénommée Ujfehertoi Fürtös. Cette variété a été testée comme porte-greffe du cerisier doux à partir de 1991 dans le cadre des essais réseau français coordonnés par le Ctifl en comparaison avec le Maxma 14* avec cinq variétés différentes. Le Furtos présente un intérêt pour les variétés productives dans les sols moyennement à peu fertiles. Dans ces situations, il permet d’obtenir une diminution de la vigueur des arbres de 20 à 50 % par rapport au Maxma 14*, tout en maintenant un excellent état végétatif. La productivité et le calibre des fruits sont améliorés. Avec des variétés de productivité moyenne, et dans les sols fertiles, le Furtos présente des performances proches du Maxma 14*. Nécroses des racines à Phytophthora - une maladie majeure de l'endive au forçage p. 41-46 {Auteur:} P. SANVICENTE - Michel MARLE (Ctifl) - M. BENIGNI - L. CASSAN {Résumé :} Phytophthora est responsable de nécroses de la racine d’endive au cours de la conservation ou du forçage. La production de chicons est alors fortement diminuée. La lutte contre ce pathogène nécessite pour le moment l’emploi de façon systématique de fongicides avant conservation et avant mise en forçage. La recherche d’une variabilité génétique s’avère nécessaire pour améliorer les hybrides futurs, et conseiller un choix variétal en culture raisonnée et biologique. Une meilleure connaissance de la diversité des populations de l’agent pathogène est indispensable pour adapter les méthodes de lutte, limiter l’apparition de résistances ou le contournement des résistances variétales. ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- N°285 Enquête : le sanglier, bête noire des agriculteurs Page 6 Actu du mois : Auximore aide à identifier les auxiliaires Page 11 Fiche maladie : La rouille jaune Page 48 ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- N°212 Lutte contre la cicadelle : en Suisse, la flavescence est sous contrôle Page 28 De cause à effet : Pourriture acide : des doutes sur la responsabilité de la drosophile suzukii Page 30 ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- LA VIGNE N°269 Black-rot. Les raisons d'un retour Page 64