Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Mai 2013




Actualité publiée le : 13/06/2013

------------------------------------------------------------------------------------------ Article - Protection du tournesol : les fongicides en renfort contre phoma et phomopsis {Auteurs:} Franck Duroueix, Annette Penaud {Résumé:} Dans la lutte contre les maladies du tournesol, le progrès génétique tient une place prépondérante. Contre le phomopsis, maladie la plus préjudiciable, la tolérance variétale est aujourd’hui largement employée mais elle n’est pas toujours suffisante. Contre le phoma, la lutte repose en revanche sur quelques leviers agronomiques et des fongicides à large spectre. Article - Ravageurs : prévoir le risque cécidomyies orange {Auteurs:} Baptiste Soenen, Pierre Taupin, Agnès Tréguier {Résumé:} Plus préoccupante dans certains secteurs géographiques du Centre et de l’Ouest, la présence de cécidomyies orange dans le blé est très liée à la parcelle et aux conditions climatiques de l’année. Pour s’organiser face à ce ravageur, ARVALIS – Institut du végétal propose depuis 2012 une grille d’évaluation du risque selon des critères agronomiques. Sur les parcelles à risque, la surveillance commence dès l’épiaison du blé. Dossier - variétés de blé tendre. Exploiter les résistances Grâce à une sélection variétale dynamique, de plus en plus de nouveaux blés tendres sont mis en marché. Du fait des règles à l'inscription, ils sont par nature plus performants que leurs prédécesseurs sur un panel de critères, qui vont du rendement à la qualité, en passant par les tolérances aux maladies. Cette offre plus développée permet aujourd'hui d'opter pour des variétés productives qui permettent de limiter les fongicides . Si les prix de vente du blé tendre, plutôt rémunérateurs actuellement, n'imposent pas une réduction de ce type de dépense pour assurer une marge, la vigilance est plus que jamais de mise sur le plan réglementaire et sociétal. Ce dossier consacré aux variétés de blés tendres devrait vous aider à mieux concilier rendements et réduction des traitements. Article - Fongicides : les bas volumes possibles pour lutter contre la septoriose {Auteurs:} Benjamin Perriot, Thierry Denis, Jean-Yves Maufras {Résumé:} Les essais conduits par ARVALIS -Institut du végétal et ses partenaires (1) montrent qu’il est possible de traiter la septoriose avec de faibles volumes de bouillie. Attention cependant aux réductions de doses parfois associées qui peuvent conduire à l’échec. Même si elles sont réalisables, leur bilan technico-économique reste fragile et le risque sur l’apparition de résistances est toujours d’actualité. Article - Lutte contre les ravageurs : tromper les insectes grâce à l’écologie chimique {Auteur:} Brigitte Frerot {Résumé:} Outre le lâcher d’insectes auxiliaires ou la sélection de variétés résistantes, une solution originale alternative aux insecticides se profile grâce à l’écologie chimique. Il s’agit d’identifier et de reproduire les odeurs diffusées par les plantes pour modifier le comportement des insectes. Les travaux débutent concernant la pyrale du maïs et la bruche de la féverole. ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- ------------------------------------------------------------------------------------------ AuxiMore : un projet pour valoriser la faune auxiliaire et optimiser le contrôle biologique des bioagresseurs en systèmes de grandes cultures Concilier la compétitivité de l’agriculture avec la réduction des produits insecticides et molluscicides en grandes cultures demande de valoriser la faune auxiliaire naturellement présente dans les parcelles et dans leur environnement (autres cultures, haies, bandes enherbées…). Auximore, qui associe une quinzaine de partenaires, a pour ambition de répondre à des objectifs identifiés comme prioritaires dans le cadre du plan Ecophyto : capitaliser les connaissances agroécologiques sur le contrôle biologique des bioagresseurs à l’échelle de la parcelle, de l’exploitation et du paysage et les traduire en outils de suivi et d’évaluation utilisables pour le développement agricole et les agriculteurs. Le projet est composé de 4 tâches : capitaliser les connaissances et informer (base de données sur les auxiliaires en grandes cultures) ; généraliser l’évaluation par des outils de suivis; promouvoir des systèmes de culture innovants vis-à-vis des auxiliaires ; diffuser efficacement et durablement les outils (un blog d’information pour accompagner le suivi participatif des auxiliaires a été ouvert). Surveiller et piéger les limaces pour évaluer les risques et raisonner la lutte Les limaces sont de redoutables ravageurs nuisibles à toutes cultures et capables d’anéantir une culture, et pourtant on n’en parle peu. La Newsletter Bayer-Agri.fr de avril 2013, présente un dossier très complet sur ces ravageurs en grandes cultures : profil du ravageur (espèces en cause, description, nuisibilité), observation et piégeage pour prévoir le risque en fonction de la vulnérabilité des cultures (céréales à paille, colza, tournesol, maïs, betteraves, pommes de terre) et la dynamique des populations, avec les seuils de nuisibilité, facteurs favorables à leur développement, mesures agronomiques pour limiter les risques d’attaque, rôle des facteurs climatiques. Des conseils phytosanitaires sont donnés en ce qui concerne la stratégie de lutte si elle est nécessaire, notamment les périodes d’observation pour éviter des dégâts sur les semis à venir, et les conditions de réalisation de la lutte avec les granulés attractifs et appétant à base de méthiocarbe. ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- ------------------------------------------------------------------------------------------ Les drones vont révolutionner la protection des plantes (y compris en bio) Une description détaillée de l’utilisation des drones en agriculture (in English) par Mothern Nature Network, un site US dédié à l’agriculture bio. Des agriculteurs américains utilisent de petits drones (avions sans pilote) légers avec GPS et appareil photo pour surveiller leurs cultures avec une très grande précision. Cela permet ensuite, par exemple, de cibler les traitements phytosanitaires sur les…[Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2013/05/25/les-drones-vont-revolutionner-la-protection-des-plantes-y-compris-en-bio/] ELICITRA : un colloque pour développer les Stimulateurs de Défense des Plantes Le Réseau Mixte Technologique Elicitra, co-animé par ARVALIS-Institut du végétal et Vegenov, a pour objectif de comprendre, développer et promouvoir les stratégies alternatives de protection des cultures mettant en œuvre les stimulateurs de défense des plantes (SDP). Elicitra travaille autour de 4 filières : grandes cultures, fruits et légumes, horticulture et plantes aromatiques et médicinales (PAM), et vigne. Elicitra…[Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2013/05/23/elicitra-un-colloque-pour-developper-les-stimulateurs-de-defense-des-plantes/] ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- ------------------------------------------------------------------------------------------ Article - Biovigilance flore adventice. Le point dans trois bassins de production du colza {Auteurs:} J. Jullien, X. Reboud {Résumé:} Le colza est cultivé comme tête de rotation, notamment en systèmes de culture céréaliers à rotation courte. Vu sa date de semis précoce dès mi-août, les familles d'herbicides utilisés et sa couverture du sol en saison, il génère une flore particulière variant selon les zones géographiques. Sa culture permet de rompre la dynamique de développement d'adventices hivernales très concurrentielles. Mais, au fait, comment évolue sa flore adventice? Réponses par le réseau de biovigilance. Article - Oiseaux déprédateurs : s'en protéger à la ferme, en protéger les cultures {Auteurs:} D. Philippart, D. Eudes {Résumé:} Ces derniers temps, on parle de recrudescence de dégâts d'oiseaux dans les cultures et sur les exploitations. Quels oiseaux? Et que faire face à ces déprédateurs? Le programme GEDUVER donne des réponses à ces questions. Article - Pullulations de campagnols terrestres : quels enjeux ? {Auteurs:} G. Couval, D. Truchetet, M. Coeurdassier, Y. Michelin, M. Jacquot, P. Giraudoux, P. Berny, A. Decors, S. Morlans, T. Quintaine, R. Renaude {Résumé:} Cet article est consacré au campagnol terrestre Arvicola terrestris, précisément sa forme fouisseuse. Présent dans de nombreuses régions françaises, en quoi peut-il être nuisible, mais aussi en quoi la lutte contre lui peut-elle poser problème? Article - Lutte raisonnée contre le campagnol terrestre {Auteurs:} G. Couval, D. Truchetet, M. Coeurdassier, Y. Michelin, M. Jacquot, P. Giraudoux, P. Berny, A. Decors, S. Morlans, T. Quintaine, R. Renaude {Résumé:} Pour limiter les dégâts causés par le campagnol terrestre, la lutte chimique en phase de pullulation est dangereuse pour la faune non cible (voir article précédent) et est trop tardive pour empêcher les déprédations. Une lutte dans le cadre d'une approche systémique avec des actions en périodes de basse densité de population est une possibilité pour contrôler le campagnol de façon raisonnée. Article - La qPFD, un outil de criblage des SPD alias stimulateurs de défense des plantes {Auteurs:} R. Chartier, C. Heintz, M. Devaux, M. Tharaud, P.P. Paulin, T. Dugé de Bernonville, M.N. Brisset {Résumé:} Les SDP (ou SDN) sont des outils prometteurs de protection des plantes, mais toutes les substances déclenchant des mécanismes de défense au laboratoire ne sont pas efficaces sur le terrain. Une méthodologie de criblage intermédiaire des SDP est utile. Article - La résistance aux pesticides, parlons-en! Episode 1, comprendre de quoi il s'agit {Auteurs:} Groupe permanent agronomie UIPP, G. Bailly, A. Cousin {Résumé:} La résistance de bioagresseurs à des produits phytopharmaceutiques est due à la sélection d'individus résistants initialement présents dans la population suite à la pression de sélection exercée par l'application desdits produits. C'est un sujet de préoccupation pour tous les professionnels de l'agriculture, et en particulier les fabricants de ces produits. Mieux connaître les mécanismes de résistance est indispensable pour prévenir et gérer le développement des résistances. ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- ------------------------------------------------------------------------------------------ Article - Les nématodes et les cultures légumières - la protection des cultures (2ème partie) {Auteurs:} Villeneuve F., Dijan-Caporalino C. {Résumé:} L’emploi de matériel végétal résistant est efficace pour limiter les attaques et réduire les populations dans le sol à court terme, mais cette méthode se heurte au risque de contournement des résistances d’où la nécessité de mettre en œuvre des stratégies de gestion durable de ces résistances. Les autres techniques aujourd’hui disponibles présentent le plus souvent une efficacité insuffisante, notamment lorsqu’elles sont prises individuellement. C’est la combinaison des pratiques qu’il faut maintenant apprendre à raisonner et mettre en œuvre pour une gestion intégrée efficace et durable des nématodes dans les systèmes maraîchers. Article - Protection biologique intégrée en asperge - nouvelles pistes à explorer {Auteur:} Roy G. { Résumé:} La protection des cultures a beaucoup évolué depuis un siècle. Les attentes sociétales ont donné de l’importance à la recherche d’alternatives aux biocides de synthèses. Les méthodes de protection biologique intégrée sur asperge se développent et de nombreuses pistes sont explorées avec plus ou moins de réussites. Les études menées dans le réseau de station d’expérimentation en asperge, mais également dans d’autres productions et à travers le monde laissent espérer l’arrivée de nouvelles pistes. Article - Verger en agriculture biologique - modes de gestion du sol sur le rang {Auteurs:} Garcin A., Bussi C., Corroyer N., Dupont N., Fourrié L., Gomez C., Ondet S.J., Parveaud C.E. {Résumé:} Dans le cadre d’un projet Casdar SolAB, associant 18 sites dans les principaux systèmes de production végétale, six sites étaient plus particulièrement dédiés à l’arboriculture biologique. Les trois années d’expérimentation ont permis d’étudier la faisabilité et la durabilité de différents modes innovants de gestion du sol sur le rang des vergers conduits en agriculture biologique. Les techniques comparées peuvent être regroupées en trois grandes catégories : une couverture végétale spontanée ou semée ; un mulch naturel (paille, compost, BRF) ou artificiel (bâche tissée) ; un travail mécanique du sol. Les performances agronomiques, environnementales et économiques ont été évaluées pour chacune des techniques mises en œuvre. Article - Rencontres phytosanitaires Ctifl / SDQPV légumes et fraise - point d'étape pour la protection des cultures {Auteur:} Villeneuve F {Résumé:} Ces rencontres phytosanitaires légumes et fraise ont permis de faire le point aussi bien sur l’évolution de la réglementation que sur les dernières avancées techniques en passant par les dernières AMM obtenues. Les participants venant des divers horizons de la filière (plus de 100) ont été accueillis par M. Alain Vernède, directeur du Ctifl et M. Robert Tessier, directeur de la Sous-direction de la qualité et de la protection des végétaux. Article - Rencontre technique agriculture biologique fruits - la protection du verger bio au centre des débats {Auteurs:} Garcin A., Millan M., Brachet M.L {Résumé:} La rencontre technique coorganisée par le Ctifl et l’Itab s’est déroulée cette année sur le centre Ctifl de Lanxade. Cette édition avait pour thème central la protection du verger contre les bioagresseurs, en faisant la part belle aux méthodes alternatives de lutte et à la moindre sensibilité du matériel végétal. En effet, en agriculture biologique, le recours à la lutte directe avec des pesticides biologiques ne doit être envisagé qu’en dernier recours. D’autres leviers doivent donc être mobilisés. Cette journée a également été l’occasion de présenter l’ACV (Analyse de cycle de vie) comme outil d’aide à l’amélioration des pratiques culturales en AB, mais également les besoins en recherche-expérimentation en fruits biologiques. ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- ------------------------------------------------------------------------------------------ Dossier - Adventices : poser le bon diagnostic - p 40 {Résumé:} Ce dossier donne des éléments de biologie des mauvaises herbes pour élaborer les meilleures stratégies de maîtrise. ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- ------------------------------------------------------------------------------------------ Article - L’Europe va se munir d’un référentiel sur les bonnes pratiques phytos - p25 ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- ----------------------------------------------------------------------------------------- Article - Bio, Écophyto… Réalistes,mais pas sans risque - p30 Article - Désherbage : La piste des produits naturels - p32 Article - Zéro herbi viti : Premiers résultats mitigés à Bordeaux - p34 Article - Le botrytis impacte les vins dès 5% de baies pourries - p50 Article - Premiers greffages avec Némadex AB - p51 ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- ----------------------------------------------------------------------------------------- Article - Lutte sans cuivre contre le mildiou de la pomme de terre en culture biologique? {Auteurs:} Krebs H., Musa T., Vogelgsang S., Forrer H.-R. {Résumé:} Le cuivre est fréquemment utilisé dans les cultures biologiques de pommes de terre pour combattre le mildiou Phytophthora infestans. Mais cet élément s’accumule dans le sol et, à partir d’un certain taux de contamination, il nuit aux organismes terricoles. En Suisse, la dose d’utilisation autorisée pour le cuivre est de 4 kg/ha/an; en une seule année de culture de pommes de terre dans une rotation de six ans, la limite écotoxicologique de 360 g/ha/an admise pour le cuivre est dépassée à peu près du double de cette valeur. Au cours des dernières années, Agroscope a examiné de nombreuses substances dans le but de réduire ou supprimer le cuivre dans les cultures de pomme de terre. En conditions de plein champ, de bons résultats ont été obtenus avec le phosphite de potassium. Cependant, selon les quantités utilisées, des résidus se retrouvent dans les tubercules. Par conséquent, les phosphites ne sont guère utilisables en culture de pommes de terre. Dans d’autres essais au champ, une suspension d’écorce de bourdaine (Frangula cortex) finement moulue a permis d’atteindre une efficacité partielle comparable à celle du cuivre à 3 kg/ha. Pour ne pas dépasser la quantité de cuivre autorisée, les derniers traitements pour protéger les cultures de pommes de terre du mildiou pourraient être réalisés en recourant à des substances végétales possédant des propriétés antimicrobiennes suffisantes.