Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Milieux aquatiques et semi-aquatiques


Dossier


Actualité publiée le : 05/07/2016 Source : EcophytoPIC / Auteur : Ph.DELVAL et R.ULRYCH Geco : Optimiser le choix des matières actives en fonction de leur risque de transfert vers l'eau Geco :

Les cours d’eau, les fossés, mares, mouillères et ripisylves constituent des lieux de vie pour la faune et la flore.

Les cours d’eau et leurs abords immédiats abritent une faune très riche : oiseaux, libellules, poissons, mammifères, insectes…Abreuvant de nombreux animaux, les cours d’eau permettent aussi à une flore particulière de se développer. Les bandes tampons les bordant, qu’elles soient réglementaires ou non, limitent le ruissellement des éléments fertilisants et de traitements phytosanitaires. De plus, ces bandes participent également au déplacement de certaines espèces (rôle de corridor écologique) et permet de maintien de certaines espèces liées au cours d’eau.

Les fossés quant à eux, offrent en fonction de leur gestion, gîte et couvert à de nombreuses espèces. : amphibiens, libellules, couleuvres, syrphes…

Ils jouent un rôle important en tant que corridors écologiques et peuvent jouer un rôle épuratoire en fonction de leur localisation. Parfois, certains sont colonisés par des roseaux, permettant à certaines espèces d’oiseaux de pouvoir nicher.

Lorsque le fossé fonctionne comme une véritable zone tampon, le fossé peut avoir des incidences très bénéfiques sur la qualité des eaux en jouant un rôle phyto-épurateur.

La mare, étendue d’eau de faible profondeur, constitue un écosystème complexe qui présente à la fois une forte variabilité biologique et hydrologique interannuelle. De nombreux animaux dépendent de ces eaux stagnantes pour vivre, se nourrir ou s’abreuver (macro – invertébrés inféodés aux mares notamment). Parmi les espèces liées aux mares, de nombreuses espèces sont rares, menacées de disparition et soumises à un statut de protection.

De formation naturelle ou anthropique, la mare peut être alimentée par les eaux pluviales et parfois phréatiques. Son existence peut être temporaire, dans la mesure où elle est sensible aux variations climatiques. La mare peut également être associée à un système de fossés qui y pénètrent et en ressortent : elle devient mare tampon ; les ruissellements des eaux sont maitrisés et l’érosion des sols et limitée.

Par processus d’épuration naturelle, la mare peut participer à l’amélioration de la qualité de la ressource en eau.

La ripisylve est définie comme étant une structure arborée linéaire de bord de cours d’eau, composée d’arbres, arbustes, arbrisseaux et de végétation herbacée hygrophile. La ripisylve a des effets brise vent et de régulateur thermique. Elle constitue un réservoir d’auxiliaires, contribue au maintien des berges contre l’érosion et à la réduction de l’impact des crues. Le développement anarchique de la végétation aquatique et semi-aquatique est limité par sa présence.



Pour en savoir plus

Fiches naturalistes milieux 

Cours d'eau

Fossés

Mares

 

Fiches aménagements

Fossés de drainage et autres fossés

Mares et mouillères

Ripisylves

 

Article Zones Humides. Source :  Site internet Agriculture et Biodiversité en Bretagne.