Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Gestion des résistances des bio-agresseurs aux produits phytopharmaceutiques


Dossier


Actualité publiée le : 17/04/2018 Culture : Viticulture, Cultures légumières, Cultures tropicales, Horti-PPAM, Grande Culture, Arboriculture Relié aux rubriques : Bio-agresseurs et Auxiliaires Source : EcophytoPIC / Auteur : F.BERGER & Ph.DELVAL Geco : Associer ou alterner les familles chimiques pour éviter l'apparition de résistances Geco :

La gestion des résistances est le 7ème principe de la Protection intégrée selon la directive 2009/128 : "Lorsque le risque de résistance à une mesure phytopharmaceutique est connu et lorsque le niveau d’organismes nuisibles exige l’application répétée de pesticides sur les cultures, les stratégies antirésistance disponibles devraient être appliquées afin de maintenir l’efficacité des produits. Cela peut inclure l’utilisation de plusieurs pesticides ayantdifférents modes d’action".

L’objectif de la gestion des résistances est donc principalement de maintenir l’efficacité des produits dans le temps, c’est-à-dire de les utiliser à bon escient afin de ne pas favoriser le développement de phénomènes de résistance qui entraîneraient une baisse de leur efficacité voire leur inefficacité. Le développement de ces phénomènes dépend à la fois des caractéristiques des familles de molécules de pesticides et des populations de bio-agresseurs : capacité à métaboliser la molécule (destruction de la molécule), ou modification au niveau du site d’action. A noter que les produits de biocontrôle peuvent également être affectés par le développement de phénomènes de résistance.

Il est donc important dans un premier temps de prendre des mesures préventives de gestion avant de se trouver confronté aux phénomènes de résistance sur le terrain. 
Ces mesures peuvent être de plusieurs ordres :

  • utiliser des méthodes alternatives afin de limiter le développement des bio-agresseurs concernés (méthodes préventives ou méthodes de lutte)
  • si traitement, alterner les familles chimiques dans les programmes de traitement ; ceci est possible quand plusieurs pesticides à sites d’action différents sont utilisables pour maîtriser le bio-agresseur concerné.

 

Il faut rester vigilant toutefois car la gestion des résistances par site d’action ou par métabolisme n’est pas tout à fait identique : dans le premier cas l’alternance de produits ayant des sites d’action différents est une bonne stratégie. Dans le second cas en revanche, il est nécessaire de connaître la situation au cas par cas car les principes de dégradation des molécules peuvent être différents pour un même site d’action.



Pour en savoir plus