Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Quelles combinaisons de pratiques pour être économe en produits phytosanitaires et performant sur le plan économe


Document


Actualité publiée le : 06/01/2017 Culture : Grande Culture Relié aux rubriques : Réseaux de Fermes DEPHY Source : CAN DEPHY / Auteur : Coordinateur: Nicolas Chartier Références : Novembre 2016

Ce document de synthèse s’appuie sur les données de la filière Grandes Cultures et Polyculture-Elevage (GCPE) du réseau DEPHY, renseignées par les Ingénieurs accompagnant les agriculteurs lors de l’entrée des exploitations dans le réseau.

Aussi, nous attirons la vigilance du lecteur sur les points suivants :

• Il existe une grande disparité en termes de systèmes au sein de la filière GCPE. En effet certains systèmes intègrent la production de « cultures industrielles » (pomme de terre, betterave, etc.), d’autres présentent un lien avec l’élevage, certains sont au moins partiellement irrigués, etc. Même si l’effectif du réseau FERME (environ 1100 systèmes de culture pour la filière GCPE sur la période considérée par cette étude, à savoir 2010-2012) permet d’avoir des résultats statistiquement pertinents, le réseau n’a pas été construit pour être représentatif d’une filière donnée. Les résultats obtenus sont, de ce fait, en partie liés aux spécificités éventuelles du réseau.

• Les combinaisons de pratiques identifiées comme performantes l’ont été à partir de l’analyse de systèmes « stabilisés » (qui correspondent à une synthèse de systèmes mis en œuvre sur 3 années). Il est ainsi possible que l’intégration de ces combinaisons de pratiques dans d’autres systèmes puisse dégrader, au moins temporairement, certaines de leurs performances (contexte de prix différent, conditions météo particulières, besoin d’ajustement des systèmes de culture, etc.).

• D’autre part, les données analysées ici prennent peu en compte les aspects relatifs aux objectifs assignés par l’agriculteur à son système, à la technicité de celui-ci, ainsi qu’au réel niveau de maîtrise des bioagresseurs de l’itinéraire mis en œuvre.  

• Les résultats présentés ne sont donc pas des solutions universelles, et ne doivent pas être considérés comme des « recettes ». Ces résultats ont une vocation d’appui à la reconception des systèmes, qui nécessite un travail de réflexion et d’adaptation au cas par cas avec les exploitants.