Bandes pièges

Arboriculture
Année de publication 2018
  (mis à jour le 03 déc 2019)
Source : 
EcophytoPIC
Auteur :  F.BERGER & Ph.DELVAL
Bandes pièges

Les bandes pièges sont déclinées selon leur composition et le ravageur ciblé.

Par exemple, on utilise des bandes de carton ondulé que l’on fixe autour des troncs d’arbres fruitiers afin de capturer les larves diapausantes de Cydia Pomonella (L.), le carpocapse des pommes, des poires et des noix.

En effet, les larves de carpopcapse descendent se réfugier en fin de cycle pour l’hiver, dans un cocon soyeux tissé dans les anfractuosités du tronc ou dans divers abris sur le sol. C’est lors de cette migration que les larves vont être piégées. L’élimination des larves en fin de saison permet de réduire le nombre d’adultes apparaissant dans les parcelles au printemps suivant et limite par conséquent les dégâts causés aux fruits en saison.

Les bandes pièges se fixent sur les troncs en fin de première génération des ravageurs et doivent être retirées et brûlées à l’automne, alors que les larves s’y sont réfugiées pour passer l’hiver. Une autre solution peut être le recours à des piquets pièges (piquets équipés d’une bande de carton), à planter dans le sol à côté des arbres fruitiers (solution plus économe en temps de travail). 
Ces systèmes peuvent également être utilisés comme des outils d’estimation des populations futures du ravageur, par le comptage des larves collectées dans les bandes cartonnées (cf. Rubrique « Surveillance »).

Un autre exemple connu est la pose de bandes de glu (glu pâteuse à la main) ou  de glu pulvérisée au pistolet après dilution. Cette méthode est utilisée pour lutter contre le forficule sur verger d'abricotier.