Plantes de couvert d'interculture

Cultures légumières
Cultures tropicales
Horticulture – PPAM
Année de publication 2018
  (mis à jour le 03 déc 2019)
Source : 
EcophytoPIC
Auteur :  F.BERGER & Ph.DELVAL
Plantes de couvert d'interculture

L’interculture est la période située entre la récolte d’une culture principale et le semis de la culture suivante. Les couverts d’interculture, aussi appelés cultures intermédiaires, sont des plantes cultivées dans cette période pour produire différents services agronomiques et écosystémiques. Ces couverts sont issus de simples repousses de la culture précédente, ou de semis volontairement réalisés : après la récolte de la culture précédente, ou dans la culture précédente (semis sous couvert).

Les plantes de service peuvent être implantées en interculture mais aussi en culture (voir article "Plantes de couvert associées à la culture")

Ces couverts devront être éliminés par différents moyens avant le semis de la culture suivante (gel, broyage, enfouissement…). Les caractéristiques des espèces choisies pour le couvert, les paramètres des semis, les conditions climatiques et pédoclimatiques détermineront les services et les avantages ainsi que les limites de l’utilisation de ces plantes de couvert d’interculture.

Leurs avantages s’étendent sur un large spectre :

  • La composition et la structure du sol : piégeage de l’azote (ex : cultures CIPAN), augmentation de la fertilité, préservation des sols de l’érosion.
  • La maîtrise des adventices : La ou les espèces cultivées en interculture peuvent par des phénomènes de compétition, d’allélopathie ou de biofumigation, défavoriser le développement des adventices sur la parcelle.
  • La maîtrise des maladies : L’introduction d’une ou plusieurs espèces dans la rotation permet de mieux gérer les pathogènes en particulier les maladies se rependant par le sol, en provoquant des ruptures de cycle dans le développement de la maladie.
  • La maîtrise des ravageurs et des auxiliaires : Certaines plantes de couvert sont utilisées pour leurs propriétés à repousser certains ravageurs (du sol, notamment), ou à attirer leurs régulateurs naturels.

 

Limites : La grande diversité des mélanges d’espèces de plantes de couvert disponibles et l’immense diversité des situations pratiques rendent difficile le conseil sur cette pratique. Il doit se faire au cas par cas selon chaque situation et contexte agricole. En effet, ces plantes de couvert peuvent avoir des effets bénéfiques présentés dans certains contextes mais peuvent être néfastes dans d’autres.