Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Janvier 2016




Actualité publiée le : 29/01/2016 Source : EcophytoPIC / Auteur : Ph.DELVAL et R.ULRYCH

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

n°429

L'OBSERVATOIRE

Cultures intermédiaires mellifères : une ressource alimentaire complémentaire pour les abeilles

LES INDISPENSABLES AGIR

Lutte contre les adventices : une gamme d'adjuvants qui s'étoffe

LE DOSSIER

  • Lutte intégrée : des stratégies innovantes pour la protection des cultures .

 

La prise en considération de toutes les méthodes de protection des plantes disponibles pour lutter contre les ennemis des cultures est ce qui définit la protection intégrée. Le mode de raisonnement consiste ainsi à « intégrer » toutes les mesures appropriées qui réduisent le développement des populations d'organismes nuisibles. Le recours aux produits phytopharmaceutiques et aux autres interventions alternatives directes est à maintenir à un niveau le plus réduit possible, selon les conditions de l'année et la disponibilité en solutions de protection opérationnelles. L'objectif est bien d’atteindre la double performance économique et environnementale. La lutte intégrée privilégie la croissance de cultures saines en veillant à encourager les mécanismes naturels de lutte contre les bio-agresseurs, en accord avec les principes de l'agro-écologie.

  • Évolution des pratiques : trouver de nouvelles voies de protection des cultures

 

  • Résistance variétale : un double bénéfice dans la lutte contre les maladies

 

  • Lutte contre les adventices : les solutions agronomiques font les stratégies efficaces

 

  • Jaunisse Nanisante de l'Orge : conjuguer les moyens de lutte à tous les temps

 

 

 

 

 

 

 

 

 

n°298

Page 40 : A bas volume, l’adjuvant tire le fongicide vers le haut.

C’est dans les stratégies de traitement fongicide à bas volume et à faibles doses de produits que les adjuvants trouvent tout leur intérêt. La preuve par le terrain au GAEC du Grand Ganiage et avec les essais ARVALIS.

Auteur : Christian GLORIA

Page 42 : L’Allemagne mise sur les mélanges à l’interculture.

La couverture systèmatique des sols après le blé avec des mélanges d’espèces végétales permet de se passer de labour et dynamise la culture suivante. Des essais sont menés en Allemagne.

Auteur : Christophe REIBEL

Page 44 : La scutigérelle

Ce mille-pattes est tout petit mais il peut occasionner de gros dégâts sur les pieds de maïs.

Page 46 : Nouveautés

La réglette azote se bonifie, Héliosoufre S passe sur céréales, Biocontrôle sur blés et orges avec Polyversum…

Auteur : Christian GLORIA

Page 66 : Du millet pour diversifier et rentabiliser l’assolement

Sur ses terres hétérogènes, Guillaume Verdier est en panne de tête d’assolement. Depuis six ans, il a opté pour le millet, en plus du colza. Une culture qui lui procure une marge intéressante…mais qui a tendance à s’essouffler.

Auteur : Valérie NOEL

 

 

 

 

 

 

 

 

n°225

Page 16 : Taille minimale, un bilan positif.

Les expérimentations conduites en taille minimale depuis plus de vingt ans sont encourageantes. Réduction des coûts de production, qualité et moindre expression des maladies du bois sont au rendez-vous.

Auteur : Isabelle MONTIGAUD

Page 18 : La paille m’aide à gérer les adventices.

Depuis quelques années, le domaine champenois Bonnevie-Bocart a troqué la paillis d’écorce contre la paille de blé et d’orge. Pour les propriétaires, la satisfaction est au rendez-vous. Reportage.

Auteur : Xavier DELBECQUE

Page 19 : Macro Vigne évalue le risque de pollution de l’eau

Auteur : Clara de Nadaillac

Page 20 : Pourquoi ils sont abandonné la certification bio

Si le phénomène reste encore marginal, certains viticulteurs abandonnent la certification bio. Les motifs concernent la cohérence entre les pratiques et le respect de l’environnement, la lutte contre les maladies ou la baisse de rentabilité des produits labelisés.

Témoignages.

Auteur : Emmanuel BRUGVIN

 

 

 

 

 

 

 

 

n°690

Page 12 : Des variétés de pommier testées en stratégie « bas- intrants »

Auteurs : L. Brun, F. Combe, A. Hubert, C. Gros, P. Asencio, M.-L. Greil, F. Gazel, S. Carrie, A. Lemarquand, G. Orain et F. Laurens

Page 45 : Sclérotiniose sur haricots : un outil pour évaluer le risque

Auteurs : T. Varraillon, J.-F. Ricateau, B. Le Delliou, L. Nivet et A.-S. Kouassi

Page 49 : Ananas : des filets contre les pourritures

Auteurs : J. Guyot, E. gentil et F. Garcia Vilar

 

Dossier Pomme de terre :

Page 18 : Pucerons sur pomme de terre : vingt années d’étude en Wallonie

Auteur : J.-P. Jansen

Page 24 : Mildiou et alternariose : l’Europe mutualise ses connaissances

Auteur : S. Duvauchelle

Page 30 : Mildiou en France : P. infestans sous surveillance

Auteurs : R. Corbière, C. Chatot, R. Mabon et N. Mariette

Page 38 : La résistance au mildiou vue des Pays-Bas

Auteur : S. Duvauchelle

 

 

 

 

 

 

 

 

Forum Phyto :

 

04/01/2016 :

* Pesticides et santé des agriculteurs : attention aux faux témoins !

* Les agriculteurs français surconsommateurs de pesticides ? (AFIS)

05/01/2016 :

* La lutte biologique contre une plante envahissante accusée d’attaquer les agrumes en Polynésie

* Biodiversité fonctionnelle : Entretiens techniques CTIFL au SIVAL

06/01/2016 :

* Biocontrôle en fruits et légumes (Journée CTIFL)

* A lire : L’écologie est-elle encore scientifique ? Christian Lévêque, ed Quae

07/01/2016 :

Biocontrôle : « savoir raison garder » (L’arboriculture fruitière)

« Comment produire un herbicide naturel » (Wackes Seppi / Andrew Kniss)

11/01/2016 :

« Dossier pesticides – Ce qu’en dit la science » dans Science et PseudoSciences (AFIS)

 

 

 

 

Agroscope :

Communiqué Agroscope 03/12/2015 :

Drosophile suzukii: peu de dégâts dans les cultures de petits fruits en 2015

MANIFESTATION

26-27/01/2016 : 3èmes Journées Nationales Grandes Cultures

http://www.agroscope.admin.ch/veranstaltungen/00774/index.html?lang=fr&direction=asc&orderby=

La protection des végétaux entre les attentes de la société et les exigences de la production agricole.

ACTUALITES

Le suivi de l’agro-biodiversité européene peut coûter moins cher qu’on ne le pensait!

http://www.agroscope.admin.ch/agrarlandschaft-biodiversitaet/04497/08473/index.html?lang=fr

Comment mettre en place un programme de suivi de la biodiversité dans les milieux agricoles, à travers toute l'Europe, qui ait un sens pour les agriculteurs, qui soit scientifiquement crédible sur le plan écologique et acceptable sur un plan budgétaire? Deux nouvelles études viennent répondre à cette question.

Agriculture de précision

Par agriculture de précision, on comprend l'utilisation ciblée de surfaces agricoles en recourant à l'électronique. Cela concerne par exemple le guidage automatique des sarcleuses.

http://www.bioaktuell.ch/fr/cultures/agriculture-de-precision.html

Film: systèmes de guidage par satellite et par caméra (agriculture de précision)

L’état actuel des techniques en matière de systèmes de guidage est présenté par Thomas Anken (Agroscope) dans ce film.

 

 

 

 

 

 

 

n°1

Pages 4-11 : Comparaison de l’éthylène et du chlorprophame pour le stockage des pommes de terre

Auteurs : Dupuis B., Riot G., Ballmer T., Thévoz E., Wüthrich R., Hebeisen T.

http://www.agrarforschungschweiz.ch/artikel/artikelmonatf.pdf

Pages 40-47 : Relevé de la biodiversité sur les exploitations agricoles à l’aide d’un système à points

Au cours des dernières décennies, la biodiversité sur les surfaces cultivées a diminué, parfois de manière drastique. Malgré les paiements directs pour les surfaces de promotion de la biodiversité (SPB), leur mise en réseau et l’amélioration de la qualité écologique, les populations de nombreuses espèces animales et végétales n’ont pas pu se rétablir. Les effets positifs mesurables des mesures de SPB ont été généralement prouvés sur le terrain. Pour l’heure, il n’existe cependant pas de méthode utilisable en pratique pour évaluer la biodiversité au niveau des exploitations, bien que ce soit à ce niveau que le succès ou l’échec des mesures doit être évalué. Un système à points a été élaboré pour pouvoir évaluer les effets de mesures en faveur de la biodiversité sur une exploitation agricole. Les auteurs ont montré qu’il existe une corrélation entre le système à points et une série de mesures en faveur de la biodiversité (nombre et densité d’espèces de plantes, de papillons diurnes, de sauterelles et criquets ainsi que d’oiseaux nicheurs) sur 133 exploitations réparties sur le plateau suisse. Le nombre de points peut donc être utilisé comme indicateur de la biodiversité sur une exploitation. L’association des producteurs IP-Suisse a, depuis, établi un cahier des charges «Biodiversité ». Pour obtenir le label, les exploitations doivent désormais obtenir un nombre de points minimal. Bio Suisse a également adapté son cahier des charges dans ce contexte et les exploitations bio doivent à présent prendre des mesures pour favoriser la biodiversité. Ces labels devraient favoriser davantage la biodiversité et contribuer à une amélioration significative à l’échelle nationale des surfaces cultivées en Suisse.

Auteurs : Zellweger-Fischer J., Althaus P., Birrer S., Jenny M., Pfiffner L., Stöckli S.

Pages 48- 55 : Champignons mycorhiziens arbusculaires: bio- indicateurs dans les sols agricoles

http://www.agrarforschungschweiz.ch/artikel/2016_01_f_2132.pdf

Auteurs : Oehl F., Oberholzer H.-R., Van der Heijden M. G. A, Lacko E., Egli S.

 

 

 

Le Club Adalia, faute de budget, de troupes fraiches, de projet et d’action a dû cesser ses activités
Nous remercions vivement, Henri Audemard, le rédacteur de la lettre qui nous a permis de vous fournir des informations pertinentes sur la Protection Intégrée des cultures, au travers de ces lectures et contacts. Il a, pour cela, contribué déjà avant l’heure, à suivre l'évolution de l'agriculture et son orientation agro-écologique vers des modèles durables et variés.