Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Juin 2012




Actualité publiée le : 23/10/2012

Article - Colza : résistances variétales au phoma, une richesse à préserver {Auteur(s)}: Xavier Pinochet (CETIOM) {Résumé}: Les derniers automnes secs, peu favorables au phoma, et la résistance de la plupart des variétés de colza ont tendance à faire baisser la garde contre cette maladie. Pourtant, les populations du pathogène continuent d’évoluer et le phoma pourrait causer des surprises désagréables à la lumière d’un automne pluvieux. Quelques précautions au niveau du choix variétal restent indispensables pour jouir durablement des acquis de la génétique. ------------------------------------------------------------------------------------------ Article - Cultures intermédiaires : effets contrastés sur la culture suivante {Auteur(s)}: Jérôme Labreuche, Jean-Pierre Cohan, Aurélie Lutton, (ARVALIS-Institut du végétal) {Résumé}: Un essai mené en Essonne durant huit ans a permis d’améliorer les connaissances concernant les effets des couverts intermédiaires sur les cultures suivantes. Pour leur fournir de l’azote, les couverts doivent être suffisamment développés. Quels qu’ils soient, ils ont l’avantage de protéger les sols contre la battance mais peuvent conduire à retarder le semis. Avant des céréales de printemps, les légumineuses sont préférables. Article - Pomme de terre : le défanage mécanique pour réduire le recours au tout chimique {Auteur(s)}: Michel Martin (ARVALIS-Institut du végétal) {Résumé}: A priori rapide et souvent efficace, le défanage par traitement chimique a aussi des limites et un seul passage ne suffit pas toujours. S’il est combiné à d’autres opérations, le broyage mécanique des fanes peut apporter un plus notable et aider à réduire les applications de produits. D’autant plus qu’il bénéficie désormais de vrais progrès techniques. Article - Triticale : choix variétal, privilégiez la résistance aux maladies {Auteur(s)}: Eric Masson, Philippe du Cheyron (ARVALIS-Institut du végétal) {Résumé}: Toujours en tête des essais en 2011, Tribeca reste incontesté sur le plan du potentiel de rendement. Mais au-delà de la productivité, le choix variétal doit prendre en compte la tenue de tige et le niveau de résistance aux maladies, en particulier à l’oïdium et à la rouille jaune. Cette dernière est de plus en plus fréquente, ce qui doit inciter à choisir une variété résistante dans les zones exposées. ---- ------------------------------------------------------------------------------------------ Premiers résultats de Fermecophyto - réseau In Vivo : produire plus et mieux c’est faisable Fermecophyto - réseau InVivo rassemble 155 exploitations agricoles en 2011 et 265 en 2012 accompagnées par 21 coopératives agricoles en 2011 et 31 en 2012. Cette démarche, complémentaire de l’initiative [...][Lire la suite...->http://www.clubadalia.com/actualites/vos-actualites-par-thematiques/protection-integree/800-premiers-resultats-de-fermecophyto-reseau-in-vivo-produire-plus-et-mieux-cest-faisable] La biofumigation : une piste prometteuse pour gérer les maladies des plantes d’origine tellurique. La biofumigation consiste à utiliser les propriétés assainissantes de certaines familles de plantes, notamment les Brassicacées cultivées en interculture, comme méthode alternative pour limiter le développement [...][Lire la suite...->http://www.clubadalia.com/actualites/vos-actualites-par-thematiques/protection-integree/799-la-biofumigation--une-piste-prometteuse-pour-gerer-les-maladies-des-plantes-dorigine-tellurique] Recherche innovante : un blé génétiquement modifié répulsif pour les pucerons et attractif pour les auxiliaires Les pucerons, en suçant la sève des plantes et comme vecteur assurant la propagation de maladies à virus, sont des ravageurs particulièrement dommageables pour les cultures de blé. Les scientifiques du Centre de [...][Lire la suite...->http://www.clubadalia.com/actualites/vos-actualites-par-thematiques/protection-integree/798-recherche-innovante--un-ble-genetiquement-modifie-repulsif-pour-les-pucerons-et-attractif-pour-les-auxiliaires-] ---- ------------------------------------------------------------------------------------------ Démonstration de bineuses en zone légumière (Chambre d’Agriculture du Finistère) Le binage peut constituer un complément au désherbage chimique, intéressant dans certaines cultures (maïs, artichaut, …) et quand les circonstances climatiques le permettent. La Chambre d’agriculture du Finistère a organisé une journée de démonstration de différents modèles de bineuses le 20 juin 2012. [Lire la suite-> http://www.forumphyto.fr/2012/06/27/demonstration-de-bineuses-en-zone-legumiere-chambre-dagriculture-du-finistere/] Des OGM pour favoriser les auxiliaires… (INRA) Dans un communiqué, l’INRA mentionne cette étude menée par l’un de ses chercheurs en collaboration avec des chercheurs chinois de l’Académie des Sciences Agronomiques de Chine à Beijing, qui a mis en évidence l’impact positif de la culture à grande échelle du coton Bt sur un service écosystémique, la régulation biologique des bioagresseurs des cultures. [Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2012/06/25/des-ogm-pour-favoriser-les-auxiliaires%E2%80%A6-inra/] La « biodiversité fonctionnelle » en séminaire à Avignon La biodiversité est à la mode. Pourtant la biodiversité n’est pas positive « en soi » pour les cultures. Il faut l’optimiser : choisir les espèces à implanter dans la culture ou dans ses environs, aménager l’espace local voire régional. C’est le but de la biodiversité fonctionnelle. [Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2012/06/19/la-%C2%AB-biodiversite-fonctionnelle-%C2%BB-en-seminaire-a-avignon/] La biofumigation : une piste prometteuse pour protéger les plantes des maladies d’origine tellurique (Agroperspectives) On parle souvent de la diversification de la rotation comme un des leviers les plus importants pour réduire l’usage des produits phytosanitaires. Dans l’esprit des gens, cela signifie le plus souvent augmentation du nombre de cultures principales. Toutefois, on peut aussi envisager une autre approche en utilisant en interculture des plantes ayant des potentialités assainissantes vis-à-vis des maladies du sol. On parle de biofumigation. [Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2012/06/07/la-biofumigation-une-piste-prometteuse-pour-proteger-les-plantes-des-maladies-d%E2%80%99origine-tellurique-agroperspectives/] Détruire les graines de mauvaises herbes (IPMNetNews) IPMNetNews n°195 (in English, issue soon available online) signale l’existence de la Harrington Seed Destructor, une machine, inventée par un agriculteur australien, qui broie les graines de mauvaises herbes juste derrière la moissonneuse-batteuse. [Lire la suite->http://www.forumphyto.fr/2012/06/01/detruire-les-graines-de-mauvaises-herbes-ipmnetnews/] ---- Article - Epidémiosurveillance des cultures. Du diagnostic au résultat d'analyse dans le BSV { Auteurs:} Jullien, J. {Résumé:} L’épidémiosurveillance des cultures, utile pour signaler aux producteurs et gestionnaires d’espaces verts les risques pour la santé des végétaux, doit s’appuyer sur un diagnostic fiable des bio-agresseurs et auxiliaires rencontrés. L’appel à des analyses de laboratoire est pour cela parfois nécessaire. Le tout dans le cadre d’un dispositif organisé. ---- ------------------------------------------------------------------------------------------ Article - Cynips du châtaignier. Un plan national par la lutte biologique { Auteur:}Hennion, B. {Résumé:}Le cynips ({Dryocosmus kuriphilus}) est un petit hyménoptère spécifique du châtaignier qui vit à l’état endémique en Chine. Son extension au reste de monde à commencé par le Japon dans les années 40 et son arrivée en France date de 2007. Spécifique du châtaignier, {Dryocosmus kuriphilus} pond en été dans les bourgeons. Au printemps, la larve provoque la formation d’une galle qui empêche la croissance du rameau et donc la mise à fruit. Avec l’appui de la recherche italienne, la France a mis en place un dispositif national destiné à mettre en œuvre la lutte biologique avec {Torymus sinensis} au fur et à mesure de l’extension du ravageur sur le territoire. La connaissance de la sensibilité des variétés françaises est également incluse dans le dispositif. Article - La bactériose du noyer. Evaluation de la sensibilité variétale sur fruits {Auteurs:}Péroys, J-L., Pagès, G., Prunet, J-P. {Résumé:}La bactériose, principale maladie du noyer pouvant occasionner plus de 50 % de perte de récolte, est difficile à maîtriser, et les traitements cupriques montrent leurs limites. Aucune variété parmi la gamme existante en France ne se révèle véritablement résistante à la bactérie responsable, Xanthomonas arboricola pv. juglandis (Xaj). La sensibilité intrinsèque des variétés n’a jamais fait l’objet de mesures précises dans nos conditions pédoclimatiques fran-çaises, bien que beaucoup d’observations aient permis de constater que celles-ci induisent des sensibilités diverses. Depuis 2007, la station expérimentale de Creysse a mis en place une étude visant à caractériser plusieurs variétés selon leur niveau de sensibilité à la bactériose sur fruits. Le taux de chutes de noix nécrosées est évalué et corrélé selon la phénologie des cultivars aux facteurs climatiques favorables au développement du pathogène. Article - Gestion des bioagresseurs telluriques en cultures légumières. PRABIOTEL: un projet pour des solutions techniques { Auteurs:}Janvier, C. {Résumé:}Le projet Prabiotel, porté par le Ctifl, labellisé par le GIS PICLég et soutenu par le Casdar, a permis la mise en place d’études entre 2009 et 2011, dans différents bassins de production. Le réseau des partenaires s’était fixé comme objectif d’avancer dans la connaissance des pratiques améliorantes et de leur intégration dans les systèmes de culture, afin de pouvoir proposer aux producteurs de nouvelles solutions techniques pour la gestion des problèmes telluriques, que ce soient des nématodes ou des champignons pathogènes. Plus de 50 modalités de rotations différentes ont été suivies sur les trois années du projet. Si l’intérêt de la solarisation est confirmé, et ses conditions de mise en place validées, le projet a aussi permis d’avancer sur l’adaptation de la biofumigation et des espèces à utiliser dans les différents systèmes. ---- Article - Poires. Des variétés mais pas toujours adaptées! - p 22 Article - Haies. Des arbres champêtres dans les vergers - p 26 ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- Dossier - Un couvert végétal, de multiples bénéfices - p 42 {Résumé:}Implanté à l’interculture, un couvert végétal n’agit pas seulement comme un piège à nitrates. Selon la composition en espèces végétales et l’itinéraire technique, la culture intermédiaire apportera suffisamment d’azote à la culture suivante pour permettre des économies en engrais, améliorera la structure du sol tout en limitant l’érosion ou bénéficiera à la faune sauvage tel le petit gibier. Les exemples concrets sont légion. ---- Article - Intensification écologique. La science se mobilise pour la réduction des intrants - p 22 ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- Article - Le maïs Bt – une contribution possible à la production intégrée en Europe? { Auteurs:} Meissle M., Romeis J., Bigler F. {Résumé:} Le maïs Bt est un moyen de lutte spécifique et efficace contre certains ravageurs. Lorsque le maïs Bt remplace des insecticides chimiques à large spectre d’action, les avantages écologiques sont évidents, car cela permet par exemple de ménager des organismes auxiliaires. Des produits de haute qualité peuvent ainsi être cultivés en peu de temps et à bon marché. Le développement de résistances et l’attaque d’éventuels ravageurs secondaires risquent de compromettre l’utilisation durable du maïs Bt; cela exige la prise de mesures adéquates (refuges, promotion des ennemis naturels) ainsi qu’un suivi. Malgré le coût élevé des semences et l’excédent de dépenses administratives, les producteurs de maïs Bt pourraient augmenter leurs revenus dans les régions très menacées par les ravageurs. Mais face à l’interdiction de cultiver du maïs Bt dans de nombreux pays européens, les productrices et producteurs n’ont pas tous la possibilité de bénéficier de ce potentiel économique. Dans le contexte de la production intégrée, le maïs Bt pourrait être combiné avec d’autres mesures. Article - La résistance aux maladies fongiques de lignées de blé transgénique en plein champ { Auteurs:} Mascher F., Matasci C., Kneubuehler Y., Kellenberger S., Quijano C.D., Keller B., Sautter C., Schori A. {Résumé:} Le transfert de gènes de résistance supplémentaires par transgenèse permet de mieux comprendre le fonctionnement de ces gènes et leur interaction avec d'autres gènes de la plante. Cette étude examine la résistance de différentes lignées de blé contre l'oïdium, la rouille jaune et la fusariose sur épi. Il étudie d’une part le gène de résistance spécifique Pm3b provenant de la variété locale Chul transféré à la variété Bobwhite et, d’autre part, la résistance quantitative, non-spécifique, apportée par les gènes chitinase et glucanase provenant de l'orge et transférés sur la variété de blé Frisal. Les expériences ont été conduites sous très forte pressions d'infection afin de comparer le niveau de résistance de la lignée transgénique avec la variété d'origine non modifiée. Dans le cas des descendants Pm3b de Bobwhite, il a été possible d'inclure des lignées soeurs non-transgéniques. Ces lignées soeurs ont subi le même processus de transformation, mais ont ensuite perdu le transgène par ségrégation après régénération par semence de la plante. Les résultats montrent que le gène supplémentaire Pm3b améliore considérablement la résistance envers les infections provoquées par l'oïdium, tant sur feuille que sur épi. De manière inattendue, une lignée transgénique montre également une résistance améliorée vis-à-vis de la rouille jaune. La résistance contre la fusariose sur épi n'est, par contre, guère influencée par la présence ou l’absence du transgène. Les gènes supplémentaires chitinase et glucanase n'ont pas montré d’efficacité sur la résistance des plantes transgéniques. Les connaissances acquises par ces essais sont très utiles pour la sélection classique de variétés résistantes.